Artiste/Groupe:

Charge

CD:

Ain't The One

Date de sortie:

Mars 2019

Label:

M&O Music

Style:

Hard Rock

Chroniqueur:

Didier

Note:

16.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

J’en l’ai déjà souvent mentionné mais une fois de plus, je salue la chance que j’ai de pouvoir découvrir toutes ces musiques en tant que chroniqueur. C’est en effet une chance de pouvoir glisser un CD dans mon lecteur de voiture et de pousser les watts alors que je ne sais absolument rien de ce groupe. Parfois c’est pas mon truc et je trouve rapidement le bouton Eject, mais parfois j’accroche et, justement, cette fois-ci mes sens sont aux aguets. Ca sonne bien, y’a du gros son, y’a des grosses basses et du chant qui me convient et, en plus, j’aime bien la pochette. Mais qu’est-ce donc ? Après quelques écoutes en boucle et, dans notre cas, c’est vite fait car, malgré les neuf morceaux, l’album ne fait que trente-deux minutes (efficaces, les amis de Charge) il est temps de se renseigner sur la bête.
Alors, qui sont ces gens ? Il s’agit donc du groupe Charge, originaire de Paris, et composé de Ravin au chant et à la basse, Loïc à la batterie, Satch’ à la guitare et Lionnel encore à la basse. Et là on touche à la première originalité de ce groupe : ils opèrent à deux basses, Ravin se chargeant des solos et Lionnel de la rythmique. Tu m’étonnes qu’il y a des basses sur ce CD ! Comme en plus je découvre que c’est Francis Castre qui est aux manettes (production, mix, mastering), je ne suis plus trop surpris que le skeud sonne sa race. Le groupe, créé en 2004, avait déjà sortie un album, Sweet Lies (2015) et deux EP, Ain’t My World (2007) et 8 Miles Away (2009).

Avec ce Ain’t The One, on n’a pas un moment de répit et pas mal de variations de style. En effet, il serait simpliste de cataloguer le groupe punk rock, ce qui serait possible car certains aspects rappellent bien les critères du genre : morceaux courts, punchy, riffs rageurs, chant tout aussi rageur. Pourtant la musique de Charge est bien plus riche et subtile que ça (non pas que le punk rock ne soit pas subtil, mais bon je me comprends…). Par exemple, on note des petites touches d’influence Metallica dans le chant de Ravin, de Iron Maiden dans certains solos de Satch'. Ensuite, l’album est truffé de bons grooves accentués notamment par les tricks au charleston de Loïc (Out Of My Life, Ain’t The One, High Life). Petite note marrante, le premier morceau, Out Of My Life, après une intro à la White Stripes, me replonge dans mes années New Wave avec notamment l’album Black Sea du groupe XTC. C’est juste un clin d’œil, pas de panique, on est bien ici en présence de très bon metal à double basse, c’est-à-dire massif. Ravin chante dans un très bon anglais et dans un style se rapprochant parfois de James Hetfield (Ain’t The One, 8 Miles Away) sur les morceaux plus heavy et moins punk rock. Satch’ place régulièrement de très bons solos de guitare, précis et inspirés et pas mal de petits gimmicks bien trouvés. Je trouve excellent le morceau God For Ever More, le groupe vire plus stoner, c’est hyper bien foutu et la basse vous remue la boyasse. Un des moments les plus groovy c’est ce génial High Life, alternant couplet groove et refrain plus heavy, le tout n’est pas sans rappeler les copains de Sidilarsen. Clairement mon morceau préféré sur cet album (s'il fallait n'en choisir qu'un). C’est aussi dans ce morceau qu’on peut entendre un solo de basse sur le break. Avec 8 Miles Away, le groupe tente la ballade-à-la-Metallica, c’est bien fait et ça passe comme une lettre à la poste. Raging Eye est, comme son nom l’indique, très énervée, probablement la plus extrême de l’album qui se termine par le court Burning Slowly Around Me très punk dans son refrain mais plus soft dans le couplet et l’intro qui me font penser à King’s X, très inspiré, avec une très bonne batterie plus proche de Police que de Sex Pistols et un solo déjanté à la Iron Maiden.

Surprenant tout ça et bien sympa ! C’est une sacrément belle découverte que je recommande à tous les amateurs de hard rock varié, original, à la fois riche et rafraîchissant (les déçus du dernier Danko ?). Il n’y a pas de creux dans cet album, juste un gros son qui déménage, allez-y les yeux fermés et les esgourdes bien ouvertes. Même la (power) ballade est bien bonne, c’est dire !

Tracklist de Ain’t The One

01. Out Of My Life
02. Red Journey
03. Ain’t The One
04. The Game That’s Made For Me
05. God For Ever More
06. High Life
07. 8 Miles Away
08. Raging Eyes
09. Burning Slowly Around Me

 

 

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !